sillon

sillon

sillon [ sijɔ̃ ] n. m.
• 1538; seillon fin XIIe; p.-ê. d'un rad. gaul. °selj-
1Longue tranchée ouverte dans la terre par la charrue. 3. rayon; 1. enrayure. Tracer, creuser, ouvrir un sillon. « Faites un sillon, allant tout le jour dans le même sens et semez-y le blé » (Claudel). En forme de sillon ( sulciforme) . Au plur. Poét. Les champs cultivés. « Qu'un sang impur abreuve nos sillons » (La Marseillaise).
2Fente profonde. « Le menton gras, creusé d'un sillon au milieu » (R. Rolland). Anat. Les sillons du cerveau : les rainures qui séparent les circonvolutions. ⇒ scissure.
Spécialt (1888) Trace produite à la surface du disque par l'enregistrement phonographique ( microsillon, piste).

sillon nom masculin (radical gaulois selj-, amasser de la terre) Trace laissée par un instrument de labour à la surface du champ. Petite rigole ouverte à la binette pour semer en ligne. Littéraire. Ride marquant le visage : L'âge avait creusé des sillons sur son visage. Agriculture Synonyme rare de raie de labour. Anatomie Rainure que présente la surface de certains organes. Chemin de fer Dans un graphique de circulation ferroviaire, zone où il est possible de placer un certain nombre de trains à vitesse semblable et se succédant très rapidement. Électroacoustique Piste gravée à la surface d'un disque phonographique et contenant l'enregistrement. ● sillon (expressions) nom masculin (radical gaulois selj-, amasser de la terre) Creuser, tracer son sillon, poursuivre avec persévérance la réalisation du projet qu'on s'est fixé. ● sillon (homonymes) nom masculin (radical gaulois selj-, amasser de la terre) cillons forme conjuguée du verbe cillersillon (synonymes) nom masculin (radical gaulois selj-, amasser de la terre) Anatomie. Rainure que présente la surface de certains organes.
Synonymes :
Synonymes :
- Agriculture. raie de labour

sillon
n. m.
d1./d Longue tranchée que le soc de la charrue fait dans la terre qu'on laboure.
d2./d Rainure.
ANAT Rainure que présente la surface de certains organes. Sillon labial.
|| TECH Rainure en forme de spirale, gravée à la surface d'un disque, et dont les irrégularités sont constituées par les informations enregistrées.

⇒SILLON, subst. masc.
A. — AGRICULTURE
1. Longue tranchée ouverte dans la terre par le soc de la charrue. Creuser, ouvrir, tracer un sillon; ensemencer un sillon; sillon droit, rectiligne; ados, billon du sillon; au creux, sur le bord des sillons. Il y avait de grands labours dans les plaines. Les sillons fumaient dans le soir; et les chevaux lassés prenaient une allure plus lente (GIDE, Nourr. terr., 1897, p. 209). V. ados, ex. 3, billon3 ex. 2, bœuf ex. 4, laboureur ex.:
Puis, il baissa la tête, il s'absorba une minute dans la vue du sillon ouvert, de la terre éventrée à ses pieds: elle était jaune et forte au fond, la motte retournée avait apporté à la lumière comme une chair rajeunie, tandis que, dessous, le fumier s'enterrait en un lit de fécondation grasse...
ZOLA, Terre, 1887, p. 437.
Loc. fig. Creuser, faire, tracer son sillon. Accomplir avec courage et persévérance la tâche entreprise. Ainsi nous creusons péniblement notre sillon dans cet océan de misère qui se referme après nous (DURAS, Édouard, 1825, p. 100). J'étais né pour tracer mon sillon en plein air, sous un ciel libre et borné seulement par quelques arbres à l'horizon (LAMENNAIS, Lettres Cottu, 1834, p. 257).
P. méton., région. (Ouest notamment). Synon. de billon3. Il se dressa sur le sillon tout frais qui creva sous son poids (J. YOLE, Les Démarqués, 1914 ds RÉZ. Ouest 1984).
P. anal. Vague ouverte par l'étrave du bateau. Synon. sillage. Comme une fleur marine éclose en son vallon, Une voile a blanchi là-bas sur son sillon (QUINET, Napoléon, 1836, p. 294).
2. ,,Petite rigole ouverte à la binette pour semer en ligne`` (Forest. 1946).
3. Littér., au plur. Champs labourés; campagne. Le beau soleil de mai, levé sur nos climats, Féconde les sillons, rajeunit les bocages, Et de l'hiver oisif affranchit ses rivages (MICHAUD, Printemps proscrit, 1803, p. 44). L'épi sur les sillons mollement agité, Jaunit, et prend l'éclat des beaux jours de l'été (MICHAUD, Printemps proscrit, 1803, p. 92).
[P. allus. au refrain de La Marseillaise] En avant les hommes! Qu'un sang impur inonde les sillons! (HUGO, Misér., t. 2, 1862, p. 298).
B. — P. anal.
1. Empreinte de longueur et de profondeur variable creusée en forme de ligne, de rayure. Tous nos pas dans cette vie ressemblent à la marche du reptile sur le sable et font un sillon! (DUMAS père, Monte-Cristo, t. 2, 1846, p. 108). Les tristes fenêtres où la pluie a tracé des sillons dans la poussière (BAUDEL., Poèmes prose, 1867, p. 28).
2. Pli ou ride creusé(e) sur la peau. Deux sillons creux et serpentant jusqu'à sa bouche attestaient que la force de l'homme s'était brisée en lui (LAMART., Confid., Graziella, 1849, p. 178). Deux tresses naissaient à la hauteur des tempes, deux autres au-dessus de la nuque, de part et d'autre d'un sillon de peau bleutée (COLETTE, Mais. Cl., 1922, p. 117).
3. Littér. Trace longitudinale. Sillon lumineux; sillon des roues. La lune échancrée, mais singulièrement belle et brillante, étale un large sillon d'or dans le fleuve (FROMENTIN, Voy. Égypte, 1869, p. 70). Une plaine basse et monotone où, par endroits, un rang de peupliers, un canal, tracent une draperie rectiligne, un sillon miroitant (LACRETELLE, Hts ponts, t. 4, 1935, p. 198).
C. — Spécialement
1. ANATOMIE
a) ,,Enfoncement étroit et allongé, sinueux ou linéaire, à la surface d'une structure anatomique`` (MAN.-MAN. Méd. 1980). Sillon central, circulaire, cruciforme, diagonal, marginal, médian; sillon du cœur, du foie, de l'estomac, des intestins, des nerfs, des veines; sillon calcanéen, choroïdien, labial, lacrymal, lombaire, occipital. [Le nerf cubital] est reçu dans un sillon particulier de l'épitrochlée de l'humérus (CUVIER, Anat. comp., t. 2, 1805, p. 260). Les cordons antérieurs droit et gauche sont réunis l'un à l'autre, dans le fond du sillon antérieur, par une commissure blanche (CAMEFORT, GAMA, Sc. nat., 1960, p. 203).
b) ,,Anfractuosité linéaire du cortex cérébral qui sépare deux circonvolutions d'un même lobe`` (Méd. Biol. t. 3 1972). Les faces latérales du cerveau moyen sont parcourues par un sillon oblique en avant et en dehors, appelé sillon latéral (QUILLET Méd. 1965, p. 320).
2. EMBRYOL. Sillon primitif. Sillon placé dans l'axe longitudinal de l'embryon. La ligne primitive (...) vers le milieu de laquelle court en gouttière le sillon primitif (E. PERRIER, Zool., t. 4, 1928, p. 2898).
3. PATHOL. Sillon de la gale. ,,Lésion cutanée caractéristique de la gale, consistant en un trajet linéaire qui pénètre obliquement dans la couche épidermique, et se termine par une petite saillie`` (GARNIER-DEL. 1972). Les (...) sillons de gale (...) favorisent le développement du chancre simple (DEMANCHE ds Nouv. Traité Méd. fasc. 5, 1 1924, p. 2).
4. ZOOL. Raie, strie sur le corps de certains insectes, sur la coquille de certains mollusques. Sillon oculaire. C'est cette petite coquille à sillons profonds et rayonnants dont les valves rebondies, (...) ornent si souvent le camail grossier du pèlerin (NODIER, Fée Miettes, 1831, p. 79).
5. GÉOMORPHOLOGIE
a) Dépression étroite et allongée. Sillon rhodanien; sillon de ligne de fracture ou de faille. Elle (...) me montrait la pyramide égyptienne noyée dans le sable, comme un jour le sillon armoricain caché sous la bruyère (CHATEAUBR., Mém., t. 1, 1848, p. 130). Il s'engagea plus avant dans cette dépression du Ouadi El-Araba qui, au sud de la mer Morte, creuse son sillon longitudinal jusqu'au golfe d'Aqaba, sur la mer Rouge (GROUSSET, Croisades, 1939, p. 99).
b) Sillon (prélittoral). ,,Dépression étroite et longue (fissure) sur la surface du plateau continental et en général perpendiculaire à la côte`` (GRUSS 1978).
6. AUDIO-VISUEL. ,,Rainure en forme de spirale tracée sur un disque`` (Radio 1972). Profil du sillon; sillon de départ. Un courant électrique servit désormais d'intermédiaire entre le son et le sillon de disque sur lequel était figée la modulation (MATRAS, Radiodiff. et télév., 1958, p. 42).
Sillon fermé. Sur un disque, sillon formé de deux spires consécutives communiquant de sorte que le lecteur ne peut plus en sortir et répète indéfiniment le segment correspondant. J'étais le prisonnier de mes sillons fermés. Une célèbre chanson d'Édith Piaf illustre le sillon fermé (SCHAEFFER, Rech. mus. concr., 1952, p. 39).
D. — Au fig., littér.
1. Empreinte, influence profonde et durable laissée par quelqu'un ou quelque chose. Ce chef-d'œuvre [la Pietà de Delacroix] laisse dans l'esprit un sillon profond de mélancolie (BAUDEL., Salon, 1846, p. 122). Le petit sillon que la vue d'une aubépine ou d'une église a creusé en nous, nous trouvons trop difficile de tâcher de l'apercevoir (PROUST, Temps retr., 1922, p. 891).
2. Manière exemplaire de penser ou d'agir. La psychologie qui a pris après Stendhal la suite et le sillon des analyses du XVIIIe siècle l'a fort bien étudiée (THIBAUDET, Réflex. litt., 1936, p. 64).
3. Fam., vieilli. Routine, habitude de penser ou d'agir toujours de la même manière. Que voulez-vous? ma pauvre femme était une romanesque. La vie plate, dans le sillon, l'épouvantait (A. DAUDET, Pte paroisse, 1895, p. 84). Roemerspacher laisse cette question (...) inopinément soulevée, et se maintient dans son sillon (BARRÈS, Déracinés, 1897, p. 335).
REM. 1. Sillée, subst. fém., vitic. ,,Profond sillon où l'on plante les jeunes plants de vignes`` (FÉN. 1970). 2. Sillonneux, -euse, adj. Qui est creusé de sillons. Ses haras de basalte aux terrains sillonneux pour l'élève des étalons de guerre (VILLIERS DE L'I.-A., Contes cruels, 1883, p. 376).
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1200 seillon de terre « mesure de terre (cinquième d'arpent) » (Renart, éd. M. Roques, 9321) [att. indirectement par seillonet « petit sillon » dès ca 1175 (Chronique Ducs Normandie, éd. C. Fahlin, 9991)]; 1462 sillon de terre « id. » (VILLON, Testament, éd. J. Rychner et A. Henry, 1888); 2. a) 1306 seillon « tranchée qu'ouvre dans la terre le soc de la charrue » (GUILLAUME GUIART, Royaux Lignages, éd. Delisle et Wailly, 19637); 1558 [éd.] sillon « id. » (DU BELLAY, Jeux rustiques, Chant de l'Amour et du Printemps ds Œuvres, éd. Marty-Laveaux, t. 2, p. 314); b) av. 1778 tracer son sillon « poursuivre lentement et patiemment son œuvre » (VOLTAIRE, Lett. en vers et en prose, 123 ds LITTRÉ); 1835 faire son sillon (Ac.); 1875 creuser son sillon (Lar. 19e); 3. a) 1571-84 sillon « pli de la peau humaine, amené par l'âge » (D'AUBIGNÉ, Le Printemps ds Œuvres, éd. E. Réaume et De Caussade, t. 3, p. 184); b) 1765 anat. (Encyclop.); c) 1872 sillon des roues « traces que laissent les roues d'une voiture » (LITTRÉ); d) 1888 « trace produite à la surface du disque par l'enregistrement phonographique » (L'Année sc. et industr., 1889, p. 98); 4. 1611 poét. « trait de lumière » (COTGR.). Dér. de l'anc. verbe silier (siller); suff. -on. La forme seillon est encore très répandue surtout au sens de « bande de terrain, planche de labour dans les parlers région. (v. FEW t. 11, p. 417; v. aussi R. Ling. rom. t. 46, pp. 232-251 et t. 47, pp. 121-128). Fréq. abs. littér.:1 304. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 2 975, b) 1 508; XXe s.: a) 1 420, b) 1 344. Bbg. BAULIG (H.). La « Perche » et le « sillon ». Mots et choses. Mél. Hoepffner (E.). Paris, 1949, pp. 139-149. — FOURNIER (P.-F.). Notes lexicol. Fr. mod. 1952, t. 20, pp. 119-120. — JUD (J.). Frz. sillon. Donum Natalicium C. Jaberg. Zürich. Leipzig, 1937, pp. 131-192. — QUEM. DDL t. 18 (s.v. sillée), 27, 36. — STRAKA (G.). Sur les désignations rom. du sillon. R. Ling. rom. 1982, t. 46, pp. 231-251.

sillon [sijɔ̃] n. m.
ÉTYM. 1538; sellon, XIIIe; seillon « bande de terre, planche de labour », XIIIe-XVIe; → grain, cit. 8; moissonner, cit. 1; p.-ê. selon Wartburg de l'anc. franç. silier « rejeter de la terre », lat. vulg. seliare, d'un rad. gaul. selj-; cf. rhéto-roman saglia « bande étroite, au milieu d'un pré fauché, sur laquelle on étend l'herbe »; selon Guiraud, de seiller, du lat. pop seculare, de secare « couper, scier ». → Scie.
1 Longue tranchée ouverte dans la terre par la charrue. Billon, raie, rayon, rigole. || Tracer, creuser, ouvrir un sillon (→ Aiguillon, cit. 1; continuité, cit. 3; motteux, cit.). Dérayer, enrayer, labourer. || Sillon bien droit (→ Rectitude, cit. 3). || La herse (cit. 1) abat la crête des sillons (→ Hersage, cit.). || Au creux des sillons (→ Enlever, cit. 34).
1 Au joug de bois poli le timon s'équilibre,
Sous l'essieu gémissant le soc se dresse et vibre;
L'homme saisit le manche, et sous le coin tranchant,
Pour ouvrir le sillon, le guide au bout du champ.
Lamartine, Jocelyn, 9e époque.
Loc. métaphorique et fig. (XIXe). Faire, tracer son sillon : accomplir, poursuivre sa tâche laborieusement, avec persévérance (→ Hier, cit. 3).
(Au plur.; XVIIe). Poét. || Les sillons : les champs cultivés, la campagne (→ Blondissant, cit.; fouler, cit. 4; inodore, cit. 2). || « Qu'un sang impur abreuve (cit. 3) nos sillons ». || En forme de sillon. Sulcature, sulciforme.
2 (Fin XVIe). Ligne, rayure creusées plus ou moins profondément (sur une surface). || Sillons sur un visage. Pli, ride (→ Face, cit. 7; labourer, cit. 10; raviner, cit. 2).
Anat. Fissure, rainure, scissure. || Les sillons du cerveau : les rainures qui séparent les circonvolutions (cit. 1). || Sillons du cœur, du foie… || Sillon interlabial (→ Lèvre, cit. 31).Méd. || Sillon de la gale : lésion cutanée caractéristique de la gale.
2 Le menton gras, creusé d'un sillon au milieu.
R. Rolland, Musiciens d'autrefois, Notes sur Lully, I.
Embryol. || Sillon primitif, dans l'axe longitudinal de l'embryon, formé par l'accolement des moitiés droite et gauche des lèvres du blastopore (lui-même transversal).
Sc. nat. Strie d'une coquille (cit. 4), d'un test.Sillons d'une tige. Vallécule.
Zool. Ligne creuse sur une surface (chez les insectes, les arachnides, etc. : sillon antennaire, sillons tarsaux, sillons oculaires…).
Géol. Dépression allongée et étroite. Fente.
Techn. (ch. de fer). Zone (d'un graphique) où plusieurs trains de même vitesse se succèdent à brefs intervalles. || Le sillon d'un train : l'espace de temps, la zone du graphique de marche qui le suit et où on peut faire circuler un train de même vitesse.
3 (1889, cit. 2.1). Spécialt et cour. Trace produite à la surface du disque par l'enregistrement phonographique. Microsillon; piste.
2.1 Celui-ci (le parleur) est constitué par un mince diaphragme en mica, au centre duquel est une pointe en acier, qui ouvre un sillon plus ou moins profond dans la cire, suivant la nature et l'intensité du son émis.
L. Figuier, l'Année sc. et industr. 1889, p. 98 (1888).
Loc. Techn. Technique du sillon fermé : procédé de la musique concrète qui consiste à enregistrer un fragment de chaîne sonore délimité par la durée d'un sillon de disque et qui se répète indéfiniment.
2.2 Du temps du tourne-disque (d'enregistrement) le matériau inépuisable et surabondant, c'étaient (…) les coupes du sillon fermé. Il est probable que, sans cette chirurgie, la musique concrète aurait stagné.
Pierre Schaeffer, la Musique concrète, p. 21.
4 (1611). Poét. Trace, ligne. Sillage. || Des sillons d'or (→ Brillant, cit. 4), de poussière (→ Ondoiement, cit.; rampant, cit. 1). || « Qu'un sillon passager (cit. 2) dans le fleuve éternel. »
3 Sa chute (de l'aigle) fit dans l'air un foudroyant sillon (…)
Hugo, les Chants du crépuscule, V, IV.
5 Hist. relig. || Le Sillon, revue fondée en 1894 par P. Renaudin et Marc Sangnier, qui devint l'organe du catholicisme social et libéral et du mouvement dit sillonniste, condamné finalement par Pie X en 1910.
COMP. Intersillon, microsillon.
DÉR. Sillonner, sillonnisme, sillonniste.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Sillon — (homonymie) Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom …   Wikipédia en Français

  • SILLON (LE) — SILLON LE Contemporain des troubles dus à la politique anticléricale qui aboutira à la loi de séparation de l’Église et de l’État, Le Sillon s’inspire des enseignements de l’encyclique Rerum novarum et de la politique dite du ralliement, qui… …   Encyclopédie Universelle

  • Sillón — por el ebanista Georges Jacob (1739 1814), pequeño departamento de la Reina, Palacio de Versalles. Un sillón es un asiento con respaldo, implicando apoyos laterales para los brazos comúnmente llamados con el mismo nombre: brazos. C …   Wikipedia Español

  • sillón — sustantivo masculino 1. Asiento individual con brazos y respaldo, muy confortable y descansado: sentarse en el sillón, levantarse del sillón. sillón de orejas …   Diccionario Salamanca de la Lengua Española

  • sillón — 1. m. Silla de brazos, mayor y más cómoda que la ordinaria. 2. Silla de montar construida de modo que una mujer pueda ir sentada en ella como en una silla común. sillón de hamaca. m. Ur. mecedora …   Diccionario de la lengua española

  • Sillon — Sil lon, n. [F., a furrow.] (Fort.) A work raised in the middle of a wide ditch, to defend it. Crabb. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • sillon — Sillon. s. m. Trace que le soc, le coutre de la charruë fait dans la terre lorsqu on laboure. Ces sillons ne sont pas assez profonds, sont bien droits, bien espacez. la pluye avoit rempli les sillons …   Dictionnaire de l'Académie française

  • sillon — nm., raie // rigole sillon creusée dans la terre par le soc de la charrue ou bien avec une houe ou une bêche ; strie, raie, cannelure, rainure : rai nf. (Albanais.001, Albertville.021a, Annecy, Chamonix, Cordon.083, Saxel.002), ryà, râ (021b),… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • SILLON — n. m. Tranchée que le soc, le coutre de la charrue ouvre dans la terre qu’on laboure. Ces sillons ne sont pas assez profonds. Des sillons bien droits, bien espacés. Faire un sillon. Tracer un sillon. Fig., Faire son sillon, tracer son sillon,… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • sillon — (si llon, ll mouillées, et non si yon) s. m. 1°   Tranchée ouverte dans la terre par la charrue. Tracer un sillon. Des sillons bien espacés. •   Enivrez d eau ses sillons [de la terre] ; multipliez ses productions, et elle semblera se réjouir de… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”